Plan guide des ressources bâties et humaines de l’écosystème Darwin au sein de la caserne Niel à Bordeaux

Projet réalisé en tant qu’architecte / programmiste

Bordeaux (Gironde)

Quand

Janvier 2015 - Juin 2015

Pour

Evolution : Philippe Barre, Jean-Benoît Perello, Jean-Marc Gancille, Sylvain Barfety, Tanguy Baron (chef de projet), Jean-Louis Piquet (AMO)

Conçu par

Chloé Bodart / Construire

Avec

Emeline Romanat, Henri Jannet, Paloma Charpentier, Clotilde Berrou (architecte)

Darwin est un regroupement dédié à l’économie verte et créative rassemblant aujourd’hui près de 400 personnes, dans 140 organisations : jeunes entreprises en co-working ou incubateur, commerces valorisant les circuits courts, associations sportives, artistiques et culturelles. Cet écosystème est situé sur la rive droite de Bordeaux, rive historiquement à la marge du développement de la ville qui est maintenant au cœur d’une politique de renouvellement urbain très active. Plus de 50% du territoire rive droite est destiné à muter de façon radicale dans les années à venir. Darwin est situé aux portes de la ZAC Bastide Niel.

« Aujourd’hui, l’ampleur du territoire sur lequel nous pilotons et accompagnons des activités nécessite de poser les choses sur le papier, de prendre du recul pour comprendre comment on connecte tous ces usages, comment on colonise les interstices sans obérer l’avenir. »

Phillipe Barre, fondateur de Darwin

C’est une somme d’appropriations qui fait de Darwin un lieu dans lequel la vie foisonne. Il s’agissait d’abord de recenser les ressources bâties de Darwin, de façon systématique, en prenant les «objets» un par un, puis de comprendre comment ces lieux ont été investi par la multitude des acteurs présents. Nous avons interrogé une vingtaine de personnes qui nous ont raconté leur travail, leur histoire et leur point de vue sur Darwin, sur la Caserne, sur le projet urbain qui la transformera bientôt.
Et nous avons imaginé des pistes d’aménagements collectifs : flux, espaces publics, programmations…

Le Plan Ressources rend compte d’un état momentané des lieux, des usages et des humains qui les occupent.

La démarche entamée ici ne se limite pas à une savante analyse cartographique, et à l’établissement d’un «schéma directif». Là où la pratique conventionnelle de l’urbanisme amène une certaine distance avec le sujet, notre démarche nous a, au contraire, plongé au coeur de l’écosystème Darwin, avec l’installation d’une permanence architecturale sur place. Être ainsi basés à l’Atelier nous a permis de rencontrer les multiples acteurs du projet, d’arpenter quotidiennement le terrain, de montrer le processus de travail via les maquettes, d’accueillir des évènements pour transmettre le fruit de six mois d’enquête et le restituer aux habitants.